À Antony, les enfants de soignants accueillis malgré la grève

·1 min de lecture

"Ras-le-bol" : les enseignants et autres personnels de l'Éducation nationale, exaspérés par la valse des protocoles sanitaires liés à l'épidémie de Covid-19, ont participé à une grève massive jeudi, avec la moitié des écoles fermées selon le premier syndicat du primaire. Près de 38,5% des enseignants sont en grève dans les écoles maternelles et élémentaires, selon le ministère de l'Education, tandis que le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, annonce 75% de grévistes. À Antony, dans les Hauts-de-Seine, près d’un tiers des écoles étaient fermées. Comme le veut le protocole, un service d'accueil a été mis en place, mais il était réservé aux enfants de soignants.

>> LIRE AUSSI - Grève à l'école : à trois mois de la présidentielle, quels risques pour l'exécutif ?

Un accueil au centre municipal de loisir

Les petites mains de Clothilde, 9 ans, ont troqué les stylos pour les touches du piano de la grande salle du centre de loisir. Elle apprend quelques notes, avant de passer à l'atelier bricolage. Sa maîtresse est gréviste, sa maman sage-femme à l'hôpital. "Elle m'a dit, que comme il n'y avait plus beaucoup de sages-femmes, c'est compliqué" raconte la petite fille au micro d'Europe 1. "Au lieu qu'ils soient quatre, ils sont deux. Il n'y a qu'une personne avec le Covid. Au début je n'avais pas trop envie de venir mais, je me suis rendue compte que c'était bien." 

>> À LIRE ÉGALEMENT - Grève à l'école : comment l'exécutif compte-t-il s'extirper de cette crise ?

Des ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles