À un an de la présidentielle, la déroute annoncée de la gauche

·1 min de lecture

Le dernier sondage réalisé par l'Ifop est cruel : de Jean-Luc Mélenchon à Anne Hidalgo en passant par Yannick Jadot et Arnaud Montebourg, aucune personnalité de gauche ne semble en mesure de se qualifier pour le second tour en 2022. Décryptage d'une déconfiture.

Onze configurations possibles, 66 pages d'analyse, mais une seule conclusion possible pour les responsables de gauche, à la lecture de la dernière enquête d'opinion de l'Ifop parue ce dimanche 11 avril : ça sent le roussi. Un sondage a beau ne pas constituer une prophétie, mais une photographie du paysage politique à l'instant T, difficile de se montrer optimiste quant au sort des candidatures insoumise, communiste, écolo et socialiste en avril 2022 pour le premier tour de l'élection présidentielle. Dans tous les cas de figure testés par l'Ifop, chaque tête d'affiche se trouve loin, très loin du seuil nécessaire pour accéder au second tour, à une bonne distance derrière Marine Le Pen, Emmanuel Macron et même Xavier Bertrand. Jean-Luc Mélenchon, le mieux placé à gauche, voit son score osciller entre 10 et 13,5 %, perdant la moitié de son électorat de 2017. Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste qui souhaite se présenter à la présidentielle, peine à atteindre les 3 %. La socialiste Anne Hidalgo plafonne à 8 %, un point devant l'écologiste Yannick Jadot… Tous deux faisant mieux qu'Arnaud Montebourg, qui culmine à 5 % dans l'hypothèse où il serait le candidat du PS, et Éric Piolle, maire Vert de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19