À 9 ans, cette fillette a provoqué un débat national sur l'hymne australien

Pierre Lentz
À l'instar de

POLÉMIQUE - Pas facile pour une petite fille de 9 ans de se retrouver dans un tel tourbillon médiatique. Même si Harper Nielsen maintient ses opinions pendant l'interview donnée à 9news ce jeudi 13 septembre, on décèle chez cette enfant australienne une pointe de retenue et de peur. Comme si elle savait que ses propos pouvaient susciter la polémique.

Que lui reproche-t-on? Lors d'une cérémonie dans son école, Harper a décidé de ne pas se lever pour chanter l'hymne national australien. Remarquée par les médias et citée par des politiques, la fillette est au cœur d'un débat houleux dans son pays.

Les seules personnes qui se dressent contre toi parce que tu dis la vérité sont ces gens qui vivent dans le mensonge.

Dans une interview donnée à 9news, Harper explique son attitude face à l'Advance Australia Fair ("Avance Belle et Juste Australie"). Et la maturité de sa réponse étonne: "C'est irrespectueux auprès des Aborigènes d'Australie. Quand l'hymne dit 'avance belle et jeune Australie', le terme 'avance' s'adresse aux blancs". Et elle poursuit: "Quand l'hymne dit 'Nous sommes jeunes', elle méprise et ignore complètement les Aborigènes d'Australie qui étaient là avant nous depuis 50.000 ans."

Une identité nationale à fleur de peau

Quand on sait que la population aborigène ne représente plus que 2% de la population australienne, a une moins bonne espérance de vie, et possède un taux de mortalité infantile deux fois supérieur au reste du pays, on est en droit de se dire que la petite Harper a touché un point sensible. Dans un pays où la sensibilité patriotique est à fleur de peau, cette déclaration a évidemment fait l'effet d'une bombe, et tous les politiques sont montés au créneau.

Parmi les différentes réactions, la plus virulente d'entre elles a été celle de la controversée Pauline Hanson. La sénatrice très à droite et aux prises de positions radicales a publié une vidéo sur son...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post