À 35 ans, Marion a eu recours à une PMA en Espagne : "On ne peut pas se permettre d'attendre"

·2 min de lecture

Le projet de loi sur la PMA est de retour à l'Assemblée nationale, ce lundi. Marion a réalisé la sienne en Espagne. Au micro d'Europe 1, elle évoque son expérience : aujourd'hui enceinte de jumeaux, cette future mère explique qu'à 35 ans, elle estimait ne plus avoir le luxe d'attendre un éventuel changement de la législation française.

Les députés entament lundi après-midi la troisième lecture du projet de loi sur la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes. Les élus restent divisés sur cette réforme promise par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de 2017. Actuellement, des milliers de femmes, pour certaines mariées en France, choisissent d’aller à l’étranger pour réaliser cette PMA et ainsi contourner l’interdiction française. C’est le cas de Marion, mariée à une femme et qui est partie il y a quelques mois en Espagne pour une fécondation in vitro. Pour elle, il n’était plus question d’attendre un éventuel changement de la législation.

"J'aurais 35 ans au moment de l'accouchement. On ne peut pas se permettre d'attendre parce que, petit à petit, mon corps va être de moins en moins efficace dans la procréation", explique Marion à Europe 1. "Ça rajoute de la pression sur ce projet, et finalement ça en fait une urgence."

>>Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Des démarches complexes et coûteuses

"On devrait avoir le droit de le faire en France", martèle cette future mère. "Pour plein de raisons, ça aurait été beaucoup plus simple. Financièrement notamment, parce que là, on fait face aux dépenses de parents qui attendent des jumeaux après avoir déjà dépensé 13.000 euros pour obtenir cette grossesse, ce qui n'est pas négligeable", pointe-t-elle. "Il y a le côté pratique aussi ; à chaque fois, on a dû passer les frontières un peu comme des voleuses."

"On a vraim...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles