À 24 ans, j’ai compris que je n’avais pas besoin d’un homme pour jouir. Voilà les conséquences de cette révélation

Hazel Evans
“Je croyais vraiment avoir besoin d’un homme pour atteindre l’orgasme. C’est ce qu’on m’avait toujours fait croire.”

Ça s’est passé par une douce soirée printanière. À peine rentrée du travail, je m’étais hâtée de retirer chaussures et vêtements pour m’allonger sur le lit. Ma main a glissé avec détermination vers mon clitoris, mes doigts se sont activés tandis que j’ai laissé mon esprit former des images érotiques. Je n’étais pas bien sûre de ce qui allait se produire, mais j’étais ouverte à toutes les possibilités. J’avais toute la soirée devant moi et j’étais bien décidée à voir si je parviendrais à l’orgasme par moi-même.

J’étais récemment tombée sur des tutoriels vidéo traitant de la stimulation du clitoris, un organe dont je n’avais appris l’existence que peu de temps auparavant, et je voulais mettre ces conseils en pratique. J’avais déjà tenté ma chance à quelques reprises cette semaine-là et je sentais bien que je n’étais pas loin, mais rien de bien épatant ne s’était produit. Pourtant, le 10 mai 2018, l’explosion a eu lieu: j’ai eu, et me suis donné, mon premier orgasme clitoridien. J’avais 24 ans.

Jusqu’alors, je croyais sincèrement avoir besoin d’un homme pour atteindre l’orgasme. C’est ce qu’on m’avait toujours fait croire. Chaque fois que je m’étais retrouvée célibataire et frustrée sexuellement, je m’étais contentée de m’apitoyer sur cette impossibilité à avoir du plaisir. Mon instinct me criait de sortir trouver un partenaire pour me soulager, sans même songer que je pouvais résoudre ce problème par moi-même.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr  et consulter tous lestémoignages que nous avons publiés.

Mais la joie d’avoir découvert une activité si agréable qui me donnait tant de pouvoir sur mon corps a été gâchée par un sentiment de doute et d’horreur face à ma propre naïveté. J’ai demandé à Google: “Quel est l’âge moyen auquel les filles se mettent à se masturber?” La réponse la plus fréquente...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post