À la Une : aux États-Unis, une gynécologue menacée de poursuites

Aux États-Unis, l’avortement d’une fillette de 10 ans après un viol continue de faire les gros titres. Cette dernière a dû interrompre sa grossesse dans l’Indiana pour contourner les mesures restrictives dans son État, l’Ohio. Jeudi, le procureur général de l’Indiana a qualifié sur Fox News la gynécologue qui a aidé cette fillette à avorter de « militante se faisant passer pour un médecin ». Il annonce qu’une enquête sur elle et sur sa licence professionnelle est en cours, écrit The Hill, en laissant entendre qu’elle a peut-être « omis de signaler l’avortement et les abus sexuels » dont sa patiente avait été victime, comme le veut la loi de l’Indiana. Le journal Indianapolis Star réfute ces informations et indique avoir pu se procurer les formulaires transmis par la médecin aux ministères de la Santé de l’Indiana et des Services à l’enfance. L’avocat de la gynécologue fait savoir qu’elle envisage des poursuites contre ceux qui l’ont « salie ».

► À lire aussi : Avortement: un droit fragile et contesté dans de nombreuses régions du monde


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles