À la Une: Les États-Unis face à la seconde vague de coronavirus

·4 min de lecture

La situation sanitaire n’en finit pas de se dégrader aux États-Unis. Depuis maintenant quelques semaines, le pays bat des records et les hôpitaux commencent à être débordés par le nombre de nouveaux cas de coronavirus. Rien que pour la journée de mercredi, 136 000 nouveaux cas ont été détectés, détaille USA Today. Et il n’y a aucun signe qui permette d’envisager un inversement de tendance, selon le quotidien. Le pays compte plus de dix millions de cas de Covid-19 et recense jusqu’à présent plus de 240 000 morts, et c’est la ville de New York qui accumule le plus de décès, selon le San Francisco Chronicle, avec 30 000 victimes. D’où cet appel lancé par l’éditorialiste du New York Times qui réclame des mesures plus drastiques. « La ville est à l'aube de sa deuxième vague de coronavirus. En tant que tel, les restrictions doivent être rétablies, aussi douloureuses sur le plan économique et social soient-elles » estime-t-il. Le New York Times appelle à la fermeture totale des restaurants, des gymnases et des salles de sport, plaide pour le télétravail, le port du masque obligatoire. Le quotidien appelle également les responsables religieux à prendre leur responsabilité. Des mesures qui permettraient de conserver les salles de classe ouvertes et de réduire les nouveaux cas à New York, estime le quotidien, avant que la situation ne devienne incontrôlable.

Donald Trump cherche des preuves de fraudes aux élections

Pas une seule preuve n’a fait surface, explique le Washington Post ce jeudi. Et plus le décompte avance dans les États où il n’est pas terminé, plus l’avance de Joe Biden se confirme. Selon le quotidien, Donald Trump et ses proches ont passé les derniers jours à appeler des contacts pour tenter de trouver ces fameuses preuves, sans obtenir quoi que ce soit. Des appels au cours desquels le président sortant parlerait de se présenter en 2024, ce qui signifie qu’il aurait bien conscience d’avoir perdu l’élection présidentielle. Mais d’après un membre de son équipe de campagne, l’actuel locataire de la Maison Blanche aurait l’intention de persévérer dans cette direction encore deux ou trois semaines avant de finalement accepter les résultats. Des fraudes vont être découvertes selon lui, mais pas suffisamment pour inverser la tendance.

Au Pérou, la rue se mobilise contre des manœuvres politiques

Au Pérou, quatre jours après la destitution du président Martin Vizcarra, la rue continue de se mobiliser. Et c’est dans ce contexte qu’hier celui qui occupait le poste de président du Congrès, Manuel Merino de Lama, a prêté serment en tant que nouveau président du pays, détaille Peru 21. Une prestation de serment sous le bruit des « cacerolazos », des concerts de casseroles, que l’on pouvait entendre dans toute la capitale et les hués des quelque 5 000 manifestants venus dénoncer des manœuvres politiques explique La Republica. Et de nouvelles mobilisations au niveau national sont déjà envisagées pour aujourd’hui et demain, annonce le quotidien. Une tension qui risque de perdurer dans les prochains mois avant la tenue des élections générales prévues pour l’instant le 11 avril 2021, estime La Republica.

Un TPS pour les Guatémaltèques ?

Au Guatemala, les autorités attendent une réponse des États-Unis après avoir demandé un statut de protection temporaire pour leurs ressortissants suite au passage de la tempête Eta. Le TPS, le statut de protection temporaire, est habituellement concédé aux pays qui ne peuvent pas venir en aide à leurs ressortissants ou qui remplissent des conditions particulières détaille Prensa Libre. Après le passage de la tempête Eta qui a fait au moins 45 morts dans ce pays et laissé plus de 700 000 personnes sans abri, le Guatemala a demandé la mise en place de ce TPS pour empêcher que des Guatémaltèques ne soient renvoyés des États-Unis dans leur pays et aussi pour permettre à ceux qui souhaitent partir d’obtenir un statut officiel aux États-Unis. Une demande a été adressée ce mercredi selon le quotidien et les autorités attendent désormais une réponse dans les plus brefs délais pour éviter des drames supplémentaires.

L’Argentine autorise l’usage du cannabis médicinal

Cette nouvelle disposition a été publiée ce mercredi au Journal officiel, nous apprend La Nacion. Désormais, les personnes inscrites auprès du ministère de la Santé et qui bénéficient des ordonnances nécessaires pourront soit cultiver à domicile du cannabis, soit se rendre en pharmacie pour acheter des produits dérivés de cette plante pour se soigner. L’Argentine était l’un des derniers pays de la région à ne pas autoriser l’usage du cannabis thérapeutique, rappelle le quotidien.